E-news MFP - Etre indispensable à des mutuelles indispensables, pour des êtres indispensables

Avril
2016 / n°10

MFP - Mutualité fonction publique

À LA UNE

Une Ministre rassurante et volontariste mais un projet de circulaire qui interroge…

 

Le 29 mars, à l’approche du renouvellement des dispositifs  de référencement dans la Fonction publique d’État, la MFP est reçue par Annick Girardin.

La Ministre de la Fonction publique, très à l’écoute, s'est voulue rassurante. Elle a confirmé l’inscription de la protection sociale complémentaire à l’agenda social 2016 et son souhait de lancer rapidement les appels à concurrence ministériels sur des bases réglementaires inchangées.

Dans le prolongement de cette visite, la MFP a pu étudier le pré-projet de circulaire DGAFP/DSS dont certains éléments appellent toute sa vigilance. Certes, le texte renvoie aux éléments du cadre de 2007 mais il ouvre aussi de nouvelles orientations dans la conduite à tenir par les ministères pour la préparation et le suivi des appels à concurrence.

Au titre des points de vigilance, voire des inquiétudes, le nombre d'opérateurs référencés sur un même champ professionnel ou l'exclusion de la perte d'autonomie dans le couplage santé/prévoyance... Deux sujets importants qui, parmi d’autres, peuvent déstructurer nos modèles mutualistes et, pire encore, faire régresser les droits sociaux des agents publics.

Un dossier suivi de très près par la MFP et les Organisations syndicales qui, depuis de nombreuses années, ont formulé un grand nombre de préconisations pour faire évoluer le dispositif.

À noter, conformément aux engagements de la Ministre, la DGAFP et les Organisations syndicales se sont rencontrées sur le projet de circulaire. Une concertation nécessaire…

Retour en haut de page

Île-de-France

Salon européen de l’Éducation, rectorat de Paris, restaurants inter-administratifs, AP-HP, … autant de lieux où sont sensibilisés des milliers d’agents.

Les actions s’enchaînent en Île-de-France dans les 3 fonctions publiques.
Le 11 mars, la mobilisation s’invite
au Salon européen de l’Éducation

sur le stand de l’ESPER, association représentant près de 50 organisations de l’économie sociale et solidaire. La Ministre Najat Vallaud-Belkacem reçoit le flyer de la Campagne.

Le 22 mars, une opération coup de poing commence dès 8 heures devant le Rectorat
de Paris.
Près de 700 agents administratifs, inspecteurs et chargés de mission « professeurs » sont sensibilisés aux menaces qui pèsent sur leur protection sociale complémentaire.

Une autre action a connu un beau succès avec la MCVPAP, Mutuelle Complémentaire de la Ville de Paris, de l’Assistance Publique, et la MNT, le 12 avril. Des militants se sont mobilisés sur 3 sites de restauration des personnels de la Ville de Paris : Place de l'Hôtel de Ville (photo), Boulevard Morland et rue Audubon. Résultat : 1500 agents sensibilisés en l’espace de 2 heures !
Les élus de la MCVPAP, présents lors de l’action, rappellent que les agents « peuvent bénéficier de 20 euros mensuels s’ils sont adhérents aux mutuelles labellisées par la Mairie de Paris ainsi que d’une aide à la prévoyance de 300 euros par an ».
Les agents hospitaliers de l’AH-HP ne sont pas oubliés, des actions sont d’ores et déjà programmées dans les hôpitaux de la Pitié-Salpêtrière, Cochin et Pompidou.

Retour en haut de page

Auvergne Rhône-Alpes

Les actions de sensibilisation s’enchaînent sur le terrain.

D ans la nouvelle région, les rencontres avec des employeurs publics s’accélèrent depuis le début du mois de mars. Au niveau des DSDEN, Directions des Services Départementaux de l’Éducation nationale, trois rendez-vous ont lieu le 9 mars en Ardèche, le 31 mars dans la Loire et le 5 avril dans le Rhône.

Les Rectorats ouvrent également leurs portes à la MFP : le 1er avril en Isère, les 18 mars et 5 avril dans le Rhône. Sans oublier, la DREAL le 29 mars, la DRAC le 7 avril et une rencontre avec le Préfet du Rhône le 14 avril…

Les employeurs publics sont le plus souvent très ouverts aux objectifs de la Campagne face à des constats évidents dans certaines administrations où « trop souvent, des agents renoncent aux soins et de jeunes fonctionnaires font le sacrifice d’une mutuelle ». Françoise May-Carle, Directrice adjointe de la DRJSCS, insiste sur les valeurs de solidarité « très abstraites pour les jeunes générations, celles qui n’ont pas été nourries au biberon du collectif ». Très sensible aux défis portés par la Campagne MFP/OS, elle s’engage à transmettre dès le 4 avril le flyer à ses 430 agents.

Sur le terrain, la MFP organise aussi de plus larges opérations en contact direct avec les agents  dans les restaurants inter-administratifs de la région. À Lyon (photo), les 4 et 5 avril, 2000 agents publics sont sensibilisés au sein des restaurants de la Direction régionale des Finances publiques et de la grande Cité administrative de la Part-Dieu. De plus, une rencontre organisée le 21 avril avec Gérard Claisse, Maire-adjoint de Lyon, permet d'échanger sur le contexte local et les orientations prises par la collectivité pour la protection sociale complémentaire de ses 8000 agents. L'élu rappelle que 62 % d'entre eux sont aujourd'hui couverts en santé par le biais d'une convention de participation. Ainsi, 30 % des agents qui ne disposaient pas de couverture santé y ont désormais accès.

Retour en haut de page

Bretagne

« La protection sociale ne doit pas être qu’un choix économique », affirme Gérard Bléjean, Maire-adjoint de Saint-Brieuc et Vice-président du Conseil départemental.

La première journée de mobilisation démarre le 29 mars avec en point d'orgue trois actions simultanées dans trois restaurants inter-administratifs : le RIA des Côtes d'Armor, ceux de Ploufragan et du Centre des Impôts. Plus de 1000 flyers de sensibilisation sont distribués aux agents des Impôts, Préfecture, Mairie, Agglomération, DDCS, DDTM Agglomération, Conseil départemental...
Dans la foulée, la MFP est reçue à l’Hôtel de Ville de Saint-Brieuc. Gérard Bléjean (photo), Maire-adjoint et Vice-président du Conseil départemental, découvre la mobilisation avec intérêt.

Les valeurs mutualistes sont partagées et son discours est clair : « la protection sociale ne doit pas être qu’un choix économique », permettant à certains opérateurs de ne sélectionner que les bons risques au détriment des agents les plus fragilisés.
La Campagne reçoit un large soutien des élus bretons. Le 2 février déjà, la réunion d’information à l’Assemblée nationale réunissait
Viviane Le Dissez et Michel Lesage, députés des Côtes-d’Armor.

Retour en haut de page